LE MAGAZINE DU MICE EN FRANCE ET À L'ÉTRANGER
Événements & Conventions
Envoyer à un ami
Imprimer
Partager

Rencontre avec Bertrand Biard, Président de LÉVÉNEMENT

10/06/2020

Dates, jauges, validation du référentiel sanitaire établi en commun : la filière événementielle attend, de toute urgence, des annonces fortes.


Evénements & Conventions : Les pouvoirs publics ont pris en compte le poids du secteur événementiel, un fait inédit à notre connaissance ?

Bertrant Biard : C’est vrai. Nous avons été écoutés, entendus, aidés. La filière événementielle, qui s’était divisée sur des questions finalement accessoires quand survient une crise, a joué l’union sacrée. Avec succès. Et, depuis un mois, elle a été intégrée dans une très grande famille réunissant l’hôtellerie-restauration, le tourisme, le sport, la culture... Il faut dire que notre action s’appuie sur des chiffres éloquents ! Car au-delà des emplois directs liés à nos métiers, nous sommes un relais de croissance pour de très nombreux secteurs économiques, sur tous les territoires. Comme toutes les entreprises françaises, nous avons bénéficié de mesures sociales et fiscales, de prêts garantis par l’Etat, de facilités de trésorerie… Et pour cette nouvelle « famille », les aides vont être prolongées dans le temps car nos activités, premières impactées, seront plus longues à redémarrer.  Des questions restent encore en suspens pour les entreprises dont les codes « NAF » ne sont pas spontanément identifiés à l’événementiel. On va y arriver !

E&C : Quelles sont vos attentes aujourd’hui ?

Bertrant Biard : Nous remercions évidemment l’Etat pour son aide, essentielle pour la survie de nos entreprises. Mais nous n’avons jamais eu vocation à être assistés et nous voulons tout simplement pouvoir faire notre job ! Nous avons donc besoin de dates précises pour redémarrer : à quand la possibilité de réunir 5 000 personnes ? Au-delà de cette jauge ? Puisque l’épidémie a reflué, des annonces doivent être faites au plus vite. Si possible le 15 juin, au plus tard le 22. Car on ne relance pas une manifestation de grande envergure comme un restaurant… Si rien n’est annoncé dans les prochains jours, la fin de l’année sera sinistrée. La filière a établi un référentiel sanitaire commun qui tient compte des spécificités de chacun de ses métiers. Il a été remis aux autorités et nous sommes en attente d’un retour. Le Premier ministre a dit il y a quelques semaines : « L’événementiel est notre pire ennemi ». Dur. Comment le convaincre que nous sommes en fait son meilleur ami pour accompagner la reprise économique ? Les événements non annulés prévus cet automne ont besoin de réponses ultra urgentes.


E&C : Quels échos de vos adhérents, de vos clients ?

Bertrand Biard : Pour l’heure, nos agences adhérentes sont protégées par les aides. Mais la baisse progressive de celles-ci - logique car, à nouveau, nos entreprises n’ont pas vocation à être assistées - doit aller de pair avec le retour du business. Pour cela, il faut que tout le monde se sente rassuré, avant l’été ! Nos clients ont pour leur part pleinement conscience de l’importance de pouvoir à nouveau se rencontrer. Physiquement, n’en déplaise à Microsoft et autres GAFAM. Gare au syndrome de la cabane !
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Novembre 2021 - 12:34 Scandi Lights veut démocratiser la Suède

Jeudi 16 Septembre 2021 - 14:10 Comment Carré Destinations prépare le futur…







14/01/2021

L'union fait la force

Pour traverser plus sereinement la tempête économique déclenchée par la Covid, le groupe Acta Media a décidé de réunir provisoirement les titres Evénements & Conventions et Voyages & Stratégie au sein d’un unique magazine trimestriel.
Notre newsletter mensuelle devient également commune.