Menu
Envoyer à un ami
Imprimer
Partager

Pays de la Loire, l'innovation entre terre et mer

Pascale Mougenot
09/11/2017

C'est l'une des plus petites régions de France et son découpage administratif ne facilite pas son identification. Il suffit alors d'évoquer Nantes et La Baule, Angers, Le Mans ou La Vendée... pour que les clignotants repassent au vert. Les Pays de la Loire misent aussi sur une économie dynamique et innovante pour s'imposer sur la scène du tourisme d'affaires.


La région des Pays de la Loire n'a pas changé de périmètre lors de la dernière réforme territoriale qui a vu la France passer de 22 à 13 "super" régions le 1er janvier 2016. Elle se compose donc toujours de cinq départements - Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée - correspondant à des morceaux des anciennes provinces de Bretagne, d'Anjou, du Maine, du Perche et du Poitou, regroupés en 1955 sur des critères purement administratifs.

Elle tire son nom de la Loire mais le grand fleuve ne traverse que deux de ses départements avant de se jeter dans l'océan Atlantique.

De son côté, le Val de Loire classé "paysage culturel exceptionnel" par l'Unesco 2000 est à cheval sur les Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire, et cette dernière région peut se prévaloir de posséder les châteaux les plus prestigieux. 

Enfin, le château des ducs de Bretagne trône au cœur de Nantes mais le département de la Loire-Atlantique dont la métropole est le chef-lieu a été séparé de la Bretagne en 1941. Rien d'étonnant dès lors à ce que l'identité des Pays de la Loire soit à géométrie variable ! D'autant que la région a toujours davantage communiqué sur la diversité de son territoire que sur son unité, qu'il s'agisse d'économie ou de tourisme. 
Et la notoriété internationale de ses grands événements - des 24 heures du Mans au Vendée Globe en passant par le Jumping International de La Baule ou la Folle Journée de Nantes - reste avant tout liée aux lieux qui les accueillent. 

Le Conseil régional a mandaté une agence pour travailler sur une nouvelle marque fédératrice qui doit émerger en 2018. Pensée comme une signature touristique, elle pourrait s'appliquer par la suite à l'entité administrative dans son ensemble : la région changerait alors de nom. 
En attendant ce nouvel élan, cap sur des "pays de cocagne" bien réels qui incarnent une certaine idée de la douceur de vivre en France. Angers, Nantes et Le Mans caracolent d'ailleurs régulièrement en tête des palmarès des villes de l'Hexagone où il fait bon vivre et travailler

Pays de la Loire, l'innovation entre terre et mer

Nouvelle feuille de route pour le tourisme

En novembre 2016, le Conseil régional des Pays de la Loire a présenté sa feuille de route en matière de gouvernance, d'observation, de promotion et de développement du tourisme jusqu'en 2020. 

"Nous sommes dans un contexte de concurrence accrue des régions entre elles en France, mais aussi à l'international. Avec la révolution numérique, nous avons affaire à une clientèle toujours plus informée mais aussi naturellement plus exigeante. Cela nous oblige à aller de l'avant, à valoriser au maximum tous nos territoires - je dis bien tous, pas uniquement la façade littorale ou les grandes villes. L'offre touristique de notre belle région doit être bleue, verte et urbaine", a argumenté Bruno Retailleau, président du Conseil régional depuis décembre 2015. 

L'objectif est d'augmenter la part de la clientèle internationale, de renforcer la complémentarité entre les offres littorales, rurales et urbaines et de déployer une stratégie d'attractivité ciblant à la fois les touristes, les entreprises, les salariés et les étudiants. 
Le tout est porté par l'Agence de développement économique des Pays de la Loire. 

Pays de la Loire, l'innovation entre terre et mer

Le tourisme d'affaires à la manœuvre

Une récente enquête sur le poids économique du tourisme dans la région a démontré que le segment affaires est une niche porteuse mais "encore en début de cycle".

Acteurs publics et privés sont donc mobilisés pour l'élargir en s'appuyant sur des pôles de compétitivité à vocation nationale ou mondiale (VEGEPOLYS) et des sites bénéficiant d'une belle notoriété : les Machines de Nantes, Escal'Atlantique à Saint-Nazaire, le Puy du Fou, la station balnéaire de La Baule, la Loire et ses châteaux...

Dans le contexte de concurrence accrue évoqué par Bruno Retailleau, l'accessibilité est une question sensible. Car Nantes est toujours dans l'expectative vis-à-vis de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un dossier vieux d'un demi-siècle. Les politiques locaux l'appellent de leurs vœux mais Emmanuel Macron plaide pour la nomination d'un médiateur avant toute prise de décision.
Nantes Atlantique reste donc la principale plate-forme aéroportuaire de la région (4,7 millions de passagers en 2016, 76 destinations régulières directes) et le train la meilleure alternative à l'avion : Le Mans est relié à Paris-Montparnasse en 55min, Laval en 1h10, Angers en 1h30, Nantes en 2 heures, La Baule en 2h50 et La Roche-sur-Yon en 3h25; de plus en plus de TGV au départ de l'aéroport de CDG constituent un atout pour attirer les clientèles étrangères. 

Côté congrès, Nantes, Angers et La Baule sont des destinations phares avec espaces de réunion et capacités hôtelière ad hoc. En complément, des lieux alternatifs, un riche patrimoine et une culture hédoniste apportent un supplément d'âme aux programmes. 
 
Découvrez notre sélection de lieux et infrastructures sur le magazine en ligne
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Novembre 2019 - 16:46 Champagne, un territoire pétillant !

Mercredi 23 Octobre 2019 - 11:47 Toulouse 2020 : décollage immédiat !







14/01/2021

L'union fait la force

Pour traverser plus sereinement la tempête économique déclenchée par la Covid, le groupe Acta Media a décidé de réunir provisoirement les titres Evénements & Conventions et Voyages & Stratégie au sein d’un unique magazine trimestriel.
Notre newsletter mensuelle devient également commune.