Menu
Envoyer à un ami
Imprimer
Partager

Jean-François Rial, nouveau président de l’Office du tourisme et des congrès de Paris.

14/04/2021

Le PDG du groupe Voyageurs du Monde a été élu président de l’OTCP le 24 mars dernier, sur proposition de la maire de Paris Anne Hidalgo et de Frédéric Hocquard, adjoint en charge du tourisme.


" Nous avons des lieux et des hôtels exceptionnels : il faut en parler en utilisant toute la gamme des outils numériques "

E&C/VS : Dans une interview accordée à l’Echo Touristique, vous avez expliqué que vos ambitions pour le tourisme parisien reposaient sur quatre piliers : une meilleure répartition des flux, l’écologie, la concertation et « mettre du beau partout ». Pour le segment du MICE, avez-vous établi une feuille de route ?
 
Jean-François Rial : Sur cette partie, je suis moins expert que sur le loisir. Je dois prendre le temps d’apprendre, écouter les professionnels. Sachant que Corinne Menegaux, la directrice générale de l’OTCP, elle, est experte du secteur (elle a travaillé plusieurs années pour Reed Expositions France, NDLR). J’ai néanmoins des idées, dont je suis prêt à discuter. Et une certitude : il faut d’abord aider les acteurs à sortir la tête de l’eau, en prolongeant les aides au chômage partiel et les exonérations de charges. Nous leur apporterons tout notre soutien et je suis persuadé que les pouvoirs publics entendront le bien-fondé de leurs demandes. Je pense aussi que les touristes d’affaires reviendront naturellement, qu’il n’est pas besoin de se lancer dans des campagnes de communication ou d’accorder des avantages fiscaux pour attirer les entreprises étrangères. Mais évidemment ce sera plus long que pour le segment loisir, il y aura une période intermédiaire…
 
E&C/VS : A quand estimez-vous la sortie de crise ?
 
JFR : Je ne suis pas Nostradamus ! Il faut déjà que la pandémie soit stoppée. Après, il faudra attendre un minimum de 6 mois pour que l’événementiel retrouve des couleurs. Les entreprises ont souffert économiquement, l’habitude du télétravail et des téléréunions a été prise… L’année suivant la fin de la pandémie, Paris devrait avoir récupéré 50% de son niveau d’activité MICE v/s 2019 ; 70% celle d’après, etc, jusqu’à un retour à la normale. Le scénario le plus probable est qu’après l’été, des voyageurs européens et de quelques autres pays reviendront. Puis, un à un, les pays rouvriront leurs frontières : d’abord l’Afrique, les Etats-Unis. Pour l’Asie et l’Amérique latine, ça va prendre du temps…
 
E&C/VS : Projetons-nous post-Covid, quelles sont ces idées dont vous souhaitez discuter avec les professionnels ?
 
JFR : Paris est une ville superbe même s’il y a des points à améliorer. Et notamment du côté de ses grandes structures d’accueil – Villepinte, Porte de Versailles, Palais des Congrès – qui sont des espaces laids, pas en phase avec l’esprit du voyage. Il faut les faire évoluer, pourquoi pas en bâtir de nouveaux… Des efforts ont déjà été faits Porte de Versailles avec l’arrivée d’un Mama Shelter, la création de roof tops ; la réouverture prochaine du CNIT " revampé " va également dans le bon sens. Il faut poursuivre ces efforts.
 
E&C/VS : Ce sont des investissements colossaux alors que le secteur traverse la plus grave crise de son histoire…
 
JFR : L’important est d’être d’accord sur l’objectif, ensuite les financements se trouvent. Chez Voyageurs du Monde, quand nous avons estimé nécessaire d’augmenter notre niveau de services - donc le coût de nos prestations -, nous avons trouvé des solutions pour assumer cette montée en gamme. A Paris, l’hôtellerie a su se réinventer : alors qu’elle était à la traîne il y a une douzaine d’années, elle fait à nouveau la démonstration d’une belle créativité qui représente un atout de poids pour attirer des opérations événementielles. Nous devons avoir la même excellence pour les grosses structures parisiennes, les repenser comme des symboles de la nouvelle architecture de Paris. De toute façon, la concurrence va nous l’imposer.
 
E&C/VS : Quelles actions envisagez-vous pour accompagner la relance ?
 
JFR Travailler le produit ! Ça n’a l’air de rien mais le nombre de sanisettes va doubler à Paris. Et, comme je l’ai déjà déclaré, nous devons " mettre du beau partout " et le faire savoir. Nous avons des lieux et des hôtels exceptionnels : il faut en parler en utilisant toute la gamme des outils numériques. Pas de publicité institutionnelle ni de workshops, des actions novatrices pour une campagne répondant à l’air du temps.
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Avril 2021 - 15:12 Safran RP prépare la relance







14/01/2021

L'union fait la force

Pour traverser plus sereinement la tempête économique déclenchée par la Covid, le groupe Acta Media a décidé de réunir provisoirement les titres Evénements & Conventions et Voyages & Stratégie au sein d’un unique magazine trimestriel.
Notre newsletter mensuelle devient également commune.