Menu
Envoyer à un ami
Imprimer
Partager

Des chiffres et des maux

14/01/2021

Unimev a publié en décembre l’édition 2020 de son Event Data Book. L’occasion de faire le point sur l’état du secteur au terme d’une année à nulle autre pareille…


Référence incontournable sur l’état du secteur événementiel, l’Event Data Book de l’Union française des métiers de l’événement (Unimev) était particulièrement attendu cette année. Non pas tellement pour les résultats de l’exercice 2019 (« une bonne année » résume Unimev, cf. encadré) mais surtout pour les « tendances 2020 », qui devaient permettre de donner une estimation chiffrée des dégâts causés dans l’écosystème événementiel par la tornade Covid. Et voici le résultat : -10,7 milliards d'euros en retombées pour les entreprises événementielles et -10,2 milliards pour les acteurs du tourisme de septembre à décembre, qui viennent s'ajouter aux -6,1 et -6 milliards de mars à septembre. « En conséquence, les pertes globales estimées pour les entreprises de la chaîne événementielle française sont de 16,8 milliards d’euros, et quasiment autant pour les entreprises touristiques territoriales bénéficiant traditionnellement des dépenses des voyageurs d’affaires » conclut Unimev.

Nouveaux indicateurs

Mais il serait dommage que ces 33 milliards envolés oblitèrent les nouveautés de cette édition 2020 de l’Event Data Book, pour laquelle de nombreux indicateurs innovants ont été mis en place grâce au partenariat avec les membres  de la Fabrik’ Numérique d’Unimev (Bestrade, Eventmaker, BZIIIT…).
À côté des nouveaux indices concernant l’expérience participant, la satisfaction des publics ou encore l’empreinte digitale des événements, on retiendra notamment des données inédites touchant à leur empreinte environnementale. L’occasion de vérifier que la partie « transports » continue de mobiliser la majeure partie du « poids carbone » d’un événement : 51,5 % pour les événements nationaux et près de 71 % pour les internationaux ! Unimev relève par ailleurs que « si un événement international génère en moyenne 10 fois plus de GES (gaz à effet de serre) par participant qu’un événement national, il génère en contrepartie 6 fois plus de retombées économiques événementielles et touristiques par participant ».
Des chiffres qui ne manqueront pas de nourrir le débat entre impératif environnemental et volonté de développement économique dans les villes organisatrices…

Chiffres clés 2019

♦ Plus de 384 000 événements rassemblant 76,8 millions de participants dont :
- 380 000 événements d'entreprises rassemblant 52 millions de participants (durée moyenne : 1,4 jour)
- 1 200 foires et salons accueillant 23 millions de participants et 230 000 entreprises exposantes
- Près de 3 000 congrès accueillant près de 2 millions de participants
 
♦ 39,4 milliards d’euros de retombées économiques (20 milliards au bénéfice des entreprises de la production événementielle et 19,4 au bénéfice des acteurs touristiques du transport, de l’hébergement, de la restauration et du commerce local)
 
 
Lien vers l’étude
 
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Janvier 2021 - 13:04 Web TV d’IFTM-Top Resa : Clap première !

Mercredi 13 Janvier 2021 - 12:52 Comment Manifestory prépare le rebond







14/01/2021

L'union fait la force

Pour traverser plus sereinement la tempête économique déclenchée par la Covid, le groupe Acta Media a décidé de réunir provisoirement les titres Evénements & Conventions et Voyages & Stratégie au sein d’un unique magazine trimestriel.
Notre newsletter mensuelle devient également commune.