Menu
Événements & Co Événements & Co
LE MAGAZINE DE L'ÉVÉNEMENTIEL EN FRANCE
Événements & Conventions

Champagne, un territoire pétillant !

26/11/2019

La dernière réforme territoriale a rattaché la Champagne à l’entité Grand Est. Un découpage administratif qui ne fait pas oublier que ses villes sont plus proches de Paris que de Strasbourg… Et que l’identité de son terroir est intrinsèquement liée à un vin de fête qui lui a offert une aura planétaire.


Le champagne, « vin des rois et roi des vins », est sans conteste le premier attrait touristique de la Champagne. Rien d’étonnant dès lors à ce que toutes les villes de la région s’en réclament ! Châlons-sur-Marne, préfecture du département éponyme, s’est ainsi rebaptisée Châlons-en-Champagne en 1997. Le bureau des congrès de la Marne a choisi de s’appeler Champagne Convention Bureau. Et la métropole de Troyes est devenue en 2018 Troyes La Champagne. Au final, malgré quelques inévitables querelles de clocher historiques, tout le monde semble s’y retrouver tant la générosité économique d’un territoire légendaire associée à une situation géographique privilégiée et à des infrastructures de pointe compose un écosystème pétillant, subtil assemblage de savoir-faire et de « crus » aux caractères trempés.

Un vignoble morcelé

Champagne, un territoire pétillant !
La Champagne viticole est composée de centaines de terroirs et ce n’est pas un hasard si les communes y sont appelées « crus ». Il en existe plus de 300, répartis entre cinq départements : 60 % sont dans la Marne et 23 % dans l’Aube ; les autres sont partagés entre l’Aisne, la Haute-Marne et la Seine-et-Marne. Soit quelque 34 000 hectares de vignes, trois fois plus qu’en 1950, bénéficiant d’une précieuse AOC depuis 1936. Le coeur du vignoble bat dans la Marne, entre Reims et Épernay, où siègent toutes les grandes maisons dont le prestige brille à l’international. L’Aube et sa Côte des Bar, quelque 150 km plus au sud, a longtemps été considérée comme la Champagne du pauvre, même si les négociants marnais s’y sont toujours approvisionnés en raisins. Aujourd’hui, elle tient sa revanche
en vantant une notion parfois oubliée ailleurs : le terroir, promesse d’authenticité et fer de lance de l’oenotourisme.

Reims et Épernay, les aristocrates en c(h)ampagne

Champagne, un territoire pétillant !
Reims est la principale métropole de la Champagne, et sa porte d’entrée depuis que le TGV l’a placée à 45 min de Paris comme de l’aéroport Charles-de-Gaulle. Son symbole est une magnifique cathédrale gothique, lieu des sacres des rois de France durant mille ans. La coutume voulait qu’on boive du champagne pendant la messe, et plus encore lors du festin qui prolongeait la cérémonie : bien avant que le vin ne pétille, il a été « marketé » par l’histoire ! Première ville de France à se doter d’une marque territoriale (Invest in Reims, dès 2003) pour accompagner l’arrivée du TGV et la tertiarisation de son économie, elle rayonne sans ostentation, sûre de ses atouts. Terriblement bombardée pendant la Première Guerre mondiale, Reims a été en partie reconstruite dans le style Art déco.

Elle planche aujourd’hui sur la création d’une Cité d’interprétation du champagne (sur le modèle de la Cité du Vin bordelaise) pour mieux valoriser un patrimoine viticole sur lequel elle n’a guère capitalisé avant la consécration par l’UNESCO des caves de la colline Saint-Nicaise. Car, pour l’heure, c’est Épernay qui s’est arrogé le titre de capitale du champagne. Forte de sa situation au coeur des vignobles historiques de l’appellation et de son avenue de Champagne, où trônent châteaux et maisons de maître érigés par de grands négociants appartenant désormais pour la plupart à des groupes mondialisés, la petite ville (24 000 habitants) ne manque
jamais de rappeler que l’industrie du vin représente plus de la moitié de son activité économique. Plus partenaires que rivales, les deux font la paire pour vanter la présence sur leur territoire de toutes les Maisons qui ont fait du champagne un vin de fête consommé dans le monde entier. Tout en développant depuis peu des activités de découverte « douce » du vignoble ; par exemple, des balades en scooter électrique ou une originale partie de « footgolf » au beau milieu des vignes.

La promesse de l’Aube

Champagne, un territoire pétillant !
Troyes se considère pour sa part comme la capitale historique de la Champagne, car c’est ici que s’étaient établis les comtes de Champagne, promoteurs à l’époque médiévale de grandes foires attirant les commerçants de toute l’Europe. La vieille cité en a conservé un patrimoine architectural exceptionnel. Le centre-ville en forme de bouchon de champagne (cela ne s’invente pas !) réunit le plus bel ensemble français de maisons à pans de bois du xvie siècle, aujourd’hui fraîchement repeintes, et pas moins de dix églises classées, dont une majestueuse cathédrale. La toute première commanderie de l’ordre des Templiers a été créée non loin de là, tout comme l’abbaye cistercienne de Clairvaux. Depuis le xiie siècle, le textile tire l’économie locale. Les draps tout d’abord, puis la bonneterie grâce à l’invention du métier à tricoter. L’activité connut un âge d’or pendant la seconde moitié du xixe siècle avant de décliner. Mais l’heure est à la renaissance. Troyes est un important pôle de formation et de recherche et… ses environs abritent des centres de marques et magasins d’usine devenus la première destination « touristique » de l’Aube. Côté textile, plusieurs marques renommées ont toujours pignon sur rue (Petit Bateau, Lacoste, le Coq Français…).

Depuis 25 ans, de jeunes entrepreneurs réinventent aussi le métier avec des matières innovantes – notamment pour des vêtements destinés aux sportifs – qui relancent la filière. Certains d’entre eux ont d’ailleurs exposé au dernier salon Made in France, « cornaqués » par le tout nouveau réseau des Aubassadeurs, porté par des habitantsde la ville afin de faire rayonner le territoire et dénicher les pépites de demain.

Côté champagne, pas de maisons bénéficiant d’une aura internationale comme dans la Marne, mais des vignerons passionnés, attachés à leur savoir-faire. Une aubaine pour l’Aube qui mise sur le « slow tourisme » pour affirmer sa différence. Renouer avec la nature, retrouver ses racines : telle est la base des expériences proposées aux entreprises en quête d’événements originaux et fédérateurs.
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Octobre 2019 - 11:47 Toulouse 2020 : décollage immédiat !





LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications