Menu
Événements & Co Événements & Co
LE MAGAZINE DE L'ÉVÉNEMENTIEL EN FRANCE
Événements & Conventions

Cannes, la palme de la dynamique

Pascale Mougenot
14/05/2019

Son célébrissime Festival du film lui a offert une aura planétaire. Bien au-delà de cette superproduction glamour, le tourisme d’affaires dope l’économie cannoise avec une 50aine d’événements en scène. Un scénario gagnant pour rajeunir l’image d’une ville qui mise sur l’innovation.


Villégiature légendaire, Cannes est aussi une destination MICE de premier plan. L’été, le tourisme de loisir est prépondérant, grâce notamment à la clientèle moyen-orientale qui plébiscite ses hôtels de luxe. Le reste de l’année, le tourisme d’affaires tire l’activité de la ville de 75 000 habitants (200 000 avec l’agglomération).

Son palais des Festivals et des Congrès est le vaisseau amiral des rendez-vous professionnels qui s’y succèdent selon un calendrier serré : IPEM (International Private Equity Market) en janvier ; le Festival international des jeux en février ; MIPIM (le Marché international des professionnels de l’immobilier), IT & Security Meetings et Heavent Meetings en mars ; MIPTV en avril ; le Festival du film en mai ; MIDEM et Cannes Lions en juin ; Cannes Yachting festival en septembre ; MIPCOM et Tax Free World Exhibition en octobre ; MAPIC, Trustech et NRJ Music Awards en novembre. Clap de fin avec l’International Luxury Travel Market début décembre. Quel palmarès !

En incluant les jours de montage et démontage, le palais est occupé plus de 300 jours par an, sachant que nombre d’événements « débordent » aux alentours avec le montage de structures éphémères sur ses pelouses, les plages et les espaces du Vieux Port voisin. Avantage de ce « village mondial », comme Cannes aime à se présenter : tout peut se faire à pied et le networking est favorisé par le fait que les participants se croisent et se recroisent, entre soirées dûment orchestrées et rencontres impromptues autour d’un petit-déjeuner ou d’un dernier verre au bar de leur hôtel.


Un écosystème créatif

Cannes, la palme de la dynamique
La moitié des congrès sont récurrents : un record ! Outre le Festival du film, dont ce sera la 72e édition en 2019, Cannes Lions (le festival international de la créativité, anciennement du film publicitaire) est fidèle depuis 66 ans, le MIPTV depuis 56 ans, le MIDEM depuis 53 ans… Mais Cannes ne s’endort pas sur ses lauriers et n’a de cesse d’imaginer des rendez-vous inédits pour remplir les derniers « trous » de son planning – ou ranimer l’attractivité d’une manifestation en perte de vitesse.
 
« Chaque congrès a son ADN propre et une emprise différente sur la ville.  Tous évoluent, nous devons nous adapter aussi », analyse Claire-Anne Reix, la présidente du palais des Festivals et des Congrès. C’est ainsi qu’est né Cannes Series.


Comme l’ultra-médiatisé Festival du film soutient la dynamique du marché professionnel qui se tient dans ses coulisses, le festival international des séries (deuxième saison en 2019) doit redorer l’image du marché des contenus audiovisuels (MIPTV) bousculé par les mastodontes anglo-saxons du digital.

Parmi les autres nouveautés, Mobility Meetings met sous le feu des projecteurs les outils et services proposés aux travailleurs nomades tandis que la première édition d’INTO Days, fin janvier, a proposé une réflexion autour des enjeux du tourisme de demain dans un format think tank. Les industries créatives, l’innovation numérique et le tourisme : Cannes, qui n’a pas d’usine à l’exception du centre spatial Thales installé dans le quartier de La Bocca, mise sur sa puissance événementielle pour créer un technopôle créatif, source d’emplois.

Sous l’impulsion de David Lisnard, maire depuis 2014 après avoir été président de la SEMEC (l’organisme qui gère le palais des Festivals) pendant treize ans, un campus universitaire dédié aux métiers de l’audiovisuel – incluant un institut du storytelling et un studio de post-production – sort actuellement de terre dans les quartiers ouest. Un CFA porté par la ville forme par ailleurs aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme, secteur-clé de l’économie locale avec 35 % du PIB. Le développement des congrès associatifs, peu présents, est une autre priorité.

La Croisette se réinvente

Cannes, la palme de la dynamique
« Ici, il y a deux saisons : avec ou sans la plage », explique Verena Kuhn, la directrice des ventes du Carlton. Elles se déclinent actuellement avec une variante bruyante : avec ou sans travaux. Après les rénovations d’ampleur des hôtels Majestic et Martinez et en attendant celle du Carlton, un chantier de ré-ensablement de la Croisette visant à doubler la largeur des plages a été lancé. Comme l’an dernier, les grues sont à la manoeuvre cet hiver pour réinventer le front de mer et donner un visage plus harmonieux à ses concessions privées : structures démontables, couleurs imposées, teck obligatoire…

Pour l’heure, seule la plage du Majestic est aux nouvelles normes, tandis que celles situées plus à l’est sont en cours de réaménagement. Mais mimars, quand les 30 000 participants au MIPIM débarqueront, les grues céderont la place aux fêtes et aux dîners sous les étoiles. Elles ne reprendront du service qu’à la fin de l’automne. À l’issue de cette opération titanesque, qui prévoit aussi l’élargissement des trottoirs, les concessions pourront fonctionner à l’année : idéal pour coller à l’ambition d’accueillir des congrès en toute saison.
Notez


Dans la même rubrique :
< >




LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications