LE MAGAZINE DU MICE EN FRANCE ET À L'ÉTRANGER
Événements & Conventions
Envoyer à un ami
Imprimer
Partager

Bilan CCI Île-de-France : ombres et lumières

15/09/2021

La Chambre de Commerce et d’Industrie Paris-Île-de-France vient de publier l’édition 2021 de son étude "Tourisme d’affaires". L’occasion de mesurer l’étendue des dégâts mais aussi d’avancer quelques solutions pour une filière événementielle en prise à une tornade sans précédent.


Cela n’étonnera que ceux qui étaient en vacances sur Saturne depuis février 2020 : l’édition 2021 de l’étude Tourisme d’affaires de la CCI Île-de-France présente un tableau sinistré de l’activité des congrès et salons dans la région capitale.  "Le coût économique de la crise sanitaire, déjà important en 2020 pour le média salon, continue de grimper en 2021. Plus de 470 salons en version "physique" ont été ou vont être annulés entre mars 2020 et décembre 2021 en Île-de-France. Les retombées économiques perdues sont supérieures au budget de la région Île-de-France pour 2021" résume ainsi dans son introduction Didier Kling, président de la CCI Île-de-France, avant de rappeler que le paysage est tout aussi morose sur le secteur des congrès (215 000 congressistes accueillis en 2020 contre 922 900 en 2019) et sur celui des événements d’entreprise (440 contre 1 231 en 2019).

Vers le rebond

Mais si elle n’oublie pas de mentionner les incertitudes qui pèsent également sur le futur proche (retour de la clientèle étrangère lointaine, survie des ETI qui animent le secteur, pérennisation des événements digitaux à moindres retombées économiques…), l’étude ne se résume heureusement pas à ce sombre constat. 
Tout d’abord parce qu’elle relève, quand même, des signaux de lumière au bout du tunnel : " Depuis le 30 juin, il n’y a plus de jauge demandée par les pouvoirs publics (le pass sanitaire est exigé pour les événements de plus de 50 participants). Cela est donc une bonne nouvelle pour les nombreux salons de la rentrée. Ainsi, 1 500 marques et 93 % des visiteurs réguliers ont déjà confirmé leur venue sur Maison & Objet du 9 au 13 septembre 2021". Mais surtout, l’étude prépare le rebond en relayant les préconisations avancées par les professionnels de la filière regroupés au sein du Copil Congrès et salons (cf. encadré). À côté de la demande de prolongation du soutien jusqu’à la fin 2023 pour les salons qui ne retrouveraient pas leur clientèle internationale, on retiendra notamment au sein de cette stratégie multi-frontale la revendication de la "reconnaissance du caractère essentiel de la filière des rencontres professionnelles", les déplacements pour participer à un salon ou un congrès en France devenant alors "comparables à des déplacements impérieux ou nécessaires à l'activité professionnelle des personnes". Constatant par ailleurs que « le format hybride va peu à peu s’imposer comme une norme internationale", la CCI préconise également de « mettre en place des fonds innovation destinés à soutenir les investissements des acteurs de l’événementiel basés en Île-de-France", notamment pour les investissements liés à la digitalisation et à la mise aux normes environnementale.
 Bref, pour la filière événementielle francilienne, l’avenir ne se joue pas seulement Porte de Versailles mais aussi à Bercy…

Les 11 préconisations du Copil Congrès et salons

1 : Reconnaître le caractère essentiel de la filière des rencontres professionnelles.
2 : Distinguer durablement les « rencontres professionnelles »des grands rassemblements sportifs ou culturels.
3 : Consolider le redémarrage des salons et congrès-expositions en soutenant la participation des entreprises françaises et franciliennes sur ces événements.
4 : Soutenir, au minimum jusqu’à la fin de l’année 2023, les organisateurs français des salons internationaux phares qui ne retrouveront pas leur clientèle internationale.
5 : Assurer la pérennité des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) phares de l’événementiel français (GL Events, Comexposium, Viparis…).
6 : Renforcer la promotion auprès des clientèles étrangères stratégiques des salons par la mise en place d’un fonds de promotion international (FPI) triennal (dès maintenant et jusqu’en 2023 inclus).
7 : Créer un environnement favorable aux investissements et simplifier les démarches administratives des opérateurs gestionnaires de sites.
8 : Mettre en place des fonds innovation destinés à soutenir les investissements des acteurs de l’événementiel basés en Île-de-France.
9 : Fluidifier le passage aux aéroports.
10 : Simplifier les procédures et les délais d’obtention de visa.
11 : Assurer une meilleure accessibilité des sites de Paris Nord Villepinte et de Paris Le Bourget.
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Octobre 2021 - 15:35 Le MICE reprend le train







14/01/2021

L'union fait la force

Pour traverser plus sereinement la tempête économique déclenchée par la Covid, le groupe Acta Media a décidé de réunir provisoirement les titres Evénements & Conventions et Voyages & Stratégie au sein d’un unique magazine trimestriel.
Notre newsletter mensuelle devient également commune.